Finalistes

FINALISTES PROGRAMME DE BOURSE D’ÉTUDES RÉCIPEINDAIRES 2014 – 2015

Les étudiants suivants ont été sélectionnés par les jurys internes de leurs établissements universitaires respectifs en tant que finalistes du Prix de photographie Aimia | AGO 2014-2015 :

Nedda Baba

Nedda Baba, née à Hamilton Ontario en 1993, termine actuellement son baccalauréat en beaux-arts, option arts visuels à l'Université York. Elle a participé à plusieurs expositions de groupe et à des projets de collaboration à Toronto. En 2014, elle s’est classée finaliste pour The State Hermitage Museum Young Artists Program. Son travail explore les notions construites d'une identité assyrienne (Irakienne chrétienne) dans la diaspora et son lien avec la féminité, la famille, la religion et la politique. Inspirée par la pratique de la préservation culturelle, elle explore la nature des coutumes et des traditions que sa famille s’efforce de maintenir, tout en explorant les idées de perte et de mémoire associées à la migration. La perspective complexe de Baba sur ces notions est façonnée par les subjectivités provenant de ses origines orientales combinées à son éducation occidentale. Sa pratique oscille entre œuvres créées avec des souvenirs de son enfance et images construites à partir de photographies vernaculaires tirées de ses archives familiales.

(l'Université York)

Sabrina Chamberland

Sabrina Chamberland est née et a grandi dans la région d'Ottawa-Gatineau. Elle termine actuellement un baccalauréat en beaux-arts, option photographie à l'Université d'Ottawa. Les œuvres de Chamberland s’intéressent aux qualités précaires et viscérales du corps humain pour explorer davantage les dichotomies contradictoires qui en deviennent inhérentes, lorsqu’observées attentivement, comme la capacité du corps d'attirer et de rejeter, de réconforter et de tenir à l’écart, d'éclairer et de désorienter. Grâce à des études fragmentées de la chair et des juxtapositions visuelles atypiques, les photographies de Chamberland visent en outre à remettre en question la relation du corps avec les notions de sexe, d'identité, de technologie et de condition humaine. Ses travaux récents ont fait partie d’expositions locales, notamment une installation permanente à la Faculté des sciences sociales de l'Université d'Ottawa et deux expositions individuelles à la Galerie 115 et au Studio Sixty Six, à Ottawa. Les œuvres de Chamberland ont également été exposées dans le cadre du 2014 Figureworks Annual Award Show et lui ont valu le premier prix.

(l'Université d'Ottawa)

Emily Kohlert

Emily M. Kohlert est une artiste de 21 ans qui termine actuellement son baccalauréat en beaux-arts à l'Université de la Saskatchewan à Saskatoon, SK. Elle se spécialise dans la photographie et l'estampe. Elle a commencé à faire de la photographie analogue il y a sept ans, pour des contrats de photo publicitaire ou en direct, et aussi comme passe-temps. Elle travaille principalement la photographie analogue et elle maîtrise bien le 35 mm, formats moyen et grand, la manipulation en chambre noire et l'impression. Maintenant, elle se concentre davantage sur la photographie artistique, la conception graphique et la sérigraphie. Elle aborde dans son travail des concepts introspectifs, illustratifs et débordants d'émotion. Depuis qu’elle a découvert l’art numérique, elle porte un intérêt particulier au design d’affiches et d’albums. Il y a un an, elle a démarré une boîte de design graphique du nom de Dandy Lion. Son travail de conception est photographique, explorant la photo fusion.

(l'Université de la Saskatchewan)

Louis-Alex Lavoie

Louis-Alex Lavoie est artiste de performance, danseur, artiste et écrivain vivant à Montréal. Il termine présentement un diplôme en arts visuels et médiatiques à l'Université du Québec à Montréal. Entre réalité et fiction, sa pratique artistique explore la construction d'une identité reliée au contexte et à la scène qui sont suggérés dans ses photographies. En utilisant des expériences personnelles et en les présentant au public sans en dévoiler trop, il tente d’interroger ses propres expériences, par l’ignorance de ses modèles. Il se concentre sur des histoires individuelles qui, dans chaque portrait photographique, tentent de véhiculer l'existence de leur sujet. La perspective créée en prenant une photo intensifie chaque détail lorsqu’on voit cette photo d'un autre angle. Le résultat de ce procédé dirige vers le passé et positionne l’observateur face à ses souvenirs.

(l'Université du Québec à Montréal)

Shuo Li

Shuo Li est un photographe sino-canadien basé à Calgary, en Alberta. Son travail a été présenté en Chine et au Canada dans des établissements publics et privés, tels que la bibliothèque publique de Calgary et la Main Mall Gallery du Alberta College Of Art + Design. Il travaille principalement avec des appareils photo de moyens et grands formats et utilise des techniques d'impression traditionnelles, effectuant occasionnellement des retouches numériques. Il a gagné plusieurs prix et bourses. Son travail explore le paysage et notre relation affective avec celui-ci, d’un point de vue biculturel. Il voit le paysage comme une métaphore de l’aspiration humaine et des rêves intérieurs.

(ACAD)

Mara Gajic

Mara Gajic est présentement étudiante à l'Université OCAD (École d'art et de design de l'Ontario) où elle fait son baccalauréat en beaux-arts, option photographie. Son travail est motivé par des éléments de performance et de costume afin d’explorer les récits ouverts de l'autoconstruction et de la psychologie personnelle, ainsi que l'espace calme qui se situe entre l'imagination et la réalité. Elle est souvent elle-même le sujet de ses montages photographiques. Elle projette à la fois sur elle-même et sur ses photographies de nouvelles réalités, incarnant un rôle performatif dans des récits visuels colorés, afin de communiquer des états personnels sous-jacents et d’engager un dialogue tacite entre le spectateur et l'artiste médiatisé par la photographie. Au printemps 2014, Mara a été la récipiendaire d’une bourse attribuée aux artistes et designers émergents. En février 2015, elle a participé à Here, sa première exposition collective à la Autumn Gallery, à Toronto avec neuf autres étudiants en photographie de l’OCAD. Certains de ses travaux les plus récents ont été sélectionnés pour faire partie de l’encan Art with Heart, à l'automne 2015.

(École d'art et de design de l'Ontario)

Faber Neifer

Faber Neifer est photographe et il termine actuellement son baccalauréat en beaux-arts, option photographie avec mineure en pratiques sociales et engagement communautaire à la Emily Carr University of Art + Design. Travaillant principalement avec la photographie, sa pratique comprend également des installations, des films et des œuvres audio. Il est né et a grandi en Colombie-Britannique et son travail porte sur la terre et la ville à travers l’œil de sa caméra par laquelle il documente et explore les notions de peuplement, d’habitations et de chez soi. En tant que résident sino-européen de Vancouver, son travail se développe avec une prise de conscience sur l'histoire particulière du colonialisme de cette ville, de son peuplement et de sa marginalisation. Son travail a fait partie d’expositions collectives et individuelles. Il est lauréat des 2014 John Jordan Memorial Scholarship et Friends of Emily Carr Scholarship.

(Emily Carr University of Art + Design)

Roxanne Ross

Roxanne Ross est née à Montréal et termine actuellement un baccalauréat en photographie à l'Université Concordia. Sa pratique comporte des photographies de grand format axées sur les relations au sein de la famille nord-américaine contemporaine. Ses portraits sont une tentative de capture des relations de famille moderne. La famille ayant évolué depuis sa structure nucléaire originale. Son intérêt réside dans le questionnement auquel la structure contemporaine a fait place, ainsi que dans la façon dont ces relations (ou son absence) nous ont changés. Grâce à ses images, elle cherche ce qu’est devenue la famille nord-américaine et où elle se trouve. Ross a participé à plusieurs expositions de groupe à Montréal, y compris des expositions à Arts NDG et Art Mûr. Elle a été sur la liste préliminaire du concours 1res Œuvres! organisé par BMO Groupe financier à Toronto. Pour son dernier projet, elle a reçu le Fine Arts Student Alliance Special Project, automne 2014. Elle a été publiée dans la plus récente parution du Concordia Undergraduate Journal of Art History’s. Son travail fait partie de collections privées au Canada et aux États-Unis.

(l'Université Concordia)

Daniel Schrempf

Daniel Schrempf est né à Régina, en Saskatchewan en 1993 et il ​​a déménagé à Lethbridge, en Alberta, en 2006. Il a récemment terminé la troisième année du programme nouveaux médias, dans le cadre du baccalauréat en beaux-arts, à l'Université de Lethbridge. Voulant d'abord devenir architecte, son parcours l’a amené vers la photographie dès le début de ses études de premier cycle. Suite à un voyage solitaire de deux semaines le long de la côte ouest américaine, il créa la série 123° w présentée dans ArtWalk, une exposition locale et un événement organisé par le conseil Allied Arts Council of Lethbridge. Parmi les autres projets, il a récemment terminé un travail documentaire sur le nord de la Pologne composée de 20 tirages argentiques analogiques et de 20 impressions jet d'encre numériques qui proposent une réflexion sur la variance des périodes de temps qui sont représentées dans le pays. Son travail explore d’une part, sa fascination pour la pratique très engagée de la photographie analogique, et d’autre part la manière dont un support numérique peut redevenir un processus compliqué similaire et dont ce purisme intensifie et exprime la beauté du moteur humain, sur les images obtenues.

(l'Université de Lethbridge)

Lauren Tsuyuki

Lauren Tsuyuki, née en 1994, est présentement étudiante à l'Université Simon Fraser où elle termine son baccalauréat en beaux-arts, option arts visuels. Plus récemment, Tsuyuki, en collaboration avec ses camarades de classe, a organisé l’exposition The Geometry of Knowledge : Part 4 You Are Here à la Audain Gallery de l'Université Simon Fraser. Elle a exploré une variété de médiums et techniques, mais le pliage du papier a toujours été récurrent dans son travail. Durant la dernière année, elle s’est concentrée sur la nature transformatrice du pliage. Son travail aborde souvent les formes hybrides qui sont le résultat de la combinaison de l'art traditionnel du pliage du papier avec des images ou des formes modernes.

(l'Université Simon Fraser)

D’Arcy Way

D'Arcy Way, né à Toronto, vit actuellement à Halifax où il complète son baccalauréat en beaux-arts à l'Université NSCAD (Nova Scotia College of Art and Design). Son travail porte sur l'idée que la matière et l'énergie dans l'univers tendent à évoluer vers un état d'uniformité. Il combine les philosophies de la photographie, des preuves scientifiques, des processus naturels et des problèmes économiques et sociaux, souvent avec une approche pratique technique. C’est par le paysage photographique qu'il a remis en question notre perception du monde, le concept du temps profond et les formes toujours changeantes et variées de l'eau avec ses interactions entre chaque phase. Way pousse continuellement l'utilisation de l’appareil photo plus loin pour créer de nouvelles façons de percevoir notre environnement. Sa plus récente œuvre explore la photographie comme objet, tout en créant l'illusion d'un espace tridimensionnel, en transformant les plans comprimés sur la surface plane de la photographie en installations sculpturales transparentes. Ses œuvres suscitent une réflexion sur nos interactions avec la technologie et suggèrent que nos perspectives peuvent toujours évoluer.

(l'Université NSCAD)

Chadman Wong

Chadman Wong termine actuellement son baccalauréat en beaux-arts, option arts visuels et histoire de l'art à l'Université de la Colombie-Britannique. Son travail est essentiellement consacré à établir une relation entre les identités culturelle et artistique, se référant à sa vie personnelle tout en faisant allusion à certains aspects de l'histoire de l'art. Dans sa troisième année d'université, il faisait partie de Kinetica, la première exposition d’un groupe d’étudiants ayant eu lieu dans le nouvel Art History and Visual Arts (AHVA) Gallery. Plus récemment, l'essai de Wong : Monet : The Ephemeral and Ruskin’s “Truth to Nature”, a été publié dans le journal de premier cycle de l'histoire de l'art. Utilisant la photographie et la vidéo, Wong cherche à donner un sens à la fois à l'expérience des immigrants comme étant liée à l'histoire personnelle, ainsi qu’à la préservation des traditions culturelles. Il veut également exprimer les difficultés d’un enfant de famille d'immigrants qui essaie de forger sa propre identité.

(l'Université de la Colombie-Britannique)